fbpx
Parler à son chien

Parler à son chien

Adopter un chiot ou un chien c’est bien, se faire comprendre par votre chien, c’est mieux.

Il existe plusieurs éducateurs canins au Québec, prendre quelques séances d’éducation, le plus tôt possible, vous aidera grandement.

Par contre, pour différentes raisons, plusieurs personnes ne le font pas. Question de coût, de temps ou autres. Plusieurs se disent, je peux le faire moi-même, y’a rien là !

À tout le moins, lisez la suite, pour connaitre quelques bases fondamentales.

Je ne suis pas éducateur canin, mais avec l’expérience et les essais erreurs, nous comprenons les bases rapidement.

Le langage

Malgré toute « l’intelligence » que vous croyez que votre chien possède, il faut connaitre certains principes pour réussir à se faire comprendre un minimum.

Il faut être très bref dans vos messages, il vous faut utiliser les mêmes mots à chaque fois pour désigner la même chose.

Par exemple, vous dites non, avec un geste, quand votre nouveau chiot faire ses besoins au mauvais endroit.

Si à une deuxième reprise dans un court laps de temps vous dites « arrête de faire ça, je te l’ai dit tantôt ». Pouf, que croyez-vous qu’il ait compris ? Absolument rien.

Pour lui ça lui a fait « Blablas bla blablabla », vous imaginez les suites.

Et réagissez immédiatement, rien ne sert de lui dire non quand il a fait ses besoins depuis deux minutes. Lui est passé à autre chose et là il va comprendre que vous dites non pour la nouvelle activité qu’il est en train de faire.

Dès votre achat, si vous voulez lui donner un autre nom, essayer de choisir un nom d’une ou deux syllabes seulement.

À chaque fois que vous vous adressez à lui, nommer son nom en premier, encore plus si vous avez plus d’un animal.

Intonation

L’intonation est aussi très importante.

Même quand vous réprimandez votre chiot, rien ne sert de crier. Avoir un ton ferme, différent de quand vous jouez avec lui sera suffisant. Quand vous lui parlez doucement avec un air enjoué, peu importe ce que vous dites, il est heureux et ce sens en sécurité. Ce n’est pas ce que vous dites qu’il comprend, c’est votre « air », vos émotions.

Accompagner chaque ordre par un geste, permet de faire des associations que votre chien reconnaitra.

Par exemple « couché », avec la main à plat et un mouvement de haut en bas. Ou encore couché, avec le bras et un doigt qui pointe vers son lit donnera deux résultats différents.

Comme lorsque vous voulez le récompenser, car il a fait une bonne action. Vous prenez un air enjoué, « Bravo, surprise » et vous vous diriger vers le sac à gâterie.

À chaque parole de ce genre, il ira lui-même à l’endroit où vous rangez ses gâteries.

Ces petits mots et ces gestes, vous facilitent la vie et celle de votre chien.

Mais ils peuvent aussi vous aider à le socialiser.

Lorsque par exemple il aboie après avoir entendu un bruit ou lorsqu’il rencontre une nouvelle personne, il est anxieux, il est craintif.

Le prendre pour le réconforter ne fera que confirmer ce fait. Vous devriez à ce moment lui dire « non » ou encore « stop » avec un geste de la main levée en signe d’arrêter.

Ensuite vous ne lui portez plus attention. Ces petits mots et gestes répétés feront en sorte qu’il comprendra rapidement qu’il n’est pas en danger.

Tout ça parait simple, mais à l’occasion nous n’avons pas la patience au travers de notre vie active nous oublions facilement que c’est un chien, qu’il ne nous comprend pas de la même manière.

Plus vous débuterez tôt dans la vie de votre chiot, plus il apprendra rapidement.

Demander de l’aide, faire une ou deux séances d’éducations est un investissement qui en vaut la peine, pour votre chien, mais surtout pour vous.

Quelques conseils pour trouver un bon éducateur canin, cliquer ici.

Domaine du Biewer
https://www.facebook.com/Domainedubiewer/

Fermer le menu
Aller à la barre d’outils